[CRITIQUE ET TEST] WORLD OF DRAENOR

Publié le par Gix Nicolet

[CRITIQUE ET TEST] WORLD OF DRAENOR

[CRITIQUE ET TEST] WORLD OF DRAENOR

World of Warlag

Avant de s’attaquer au jeu, évoquons un peu ces problèmes de lancement. Lag, file d’attente, surpopulation dans les zones de quêtes, aucun aspect du jeu n’a été épargné. Certes, Blizzard a indiqué qu’il a dû faire face à des attaques DDOS pendant ce lancement. Néanmoins, ce n’est pas la seule raison d’un tel ratage. M’est avis que Warlords of Draenor a séduit les anciens joueurs, anciens joueurs qui ont été propulsés directement au niveau 90 via un sésame. Aussi, le jour du lancement, la population ne s’est pas dispersée entre les zones bas level et Draenor, avec pour résultat un embouteillage massif sur les spots de pexing.

Autre problème, le lag constant. Inutile de dire que jouer à un MMO où il faut 20 secondes pour lancer un sort est problématique. Ce lag est d’autant plus visible dans les zones phasées, et il y en a beaucoup dans WoD. La grande force de WoW est devenu sa plus grande faiblesse pendant quelques jours, les phases ne se mettant pas à jour devant le joueur, celui-ci se retrouvant devant une zone complètement vide de tout décors et mobs.

Une aventure digne des plus grandes épopées

Des problèmes d’autant plus dommageables que Warlords of Draenor est peut-être la meilleure extension de World of Warcraft sortie à ce jour. Nous ne parlons pas ici du jeu dans son ensemble (du contenu étant ajouté régulièrement), mais bien de la phase de leveling et des donjons. WoD est une extension importante dans la lore de Warcraft. Le joueur est propulsé dans le passé, dans un Draenor encore vierge de toute destruction (une sorte de remake de l’Outreterre, en somme) où Garrosh, le big boss de MoP, est retourné sur la terre de ses ancêtres pour lever une Horde de Fer. Ses généraux ? Des légendes de l’univers de Warcraft, tels que Grom Hellscream, Kargath ou Gul’dan…

On ne s’est pas ennuyé une seule seconde lors de la phase de pexing. Chaque quête a son intérêt, fait progresser l’histoire à sa manière ou nous fait découvrir une facette de Draenor. Les quêtes sont variées, intéressantes, amusantes… Notons également que lors des moments clés de l’histoire, des missions spéciales se lancent (appelées scénarios) et nous gavent de vidéos de grande classe. C’est bien simple, la phase de pexing de WoD pourrait être un jeu solo à elle toute seule tant elle est peaufinée et agréable. Là dessus, Blizzard obtient un 12 sur 10.

World of Draenor

Sur l’univers aussi, Blizzard a abattu un travail colossal pour nous offrir un univers riche, cohérent, ambitieux, le tout servi par un moteur graphique qui accuse tout de même plus de dix ans d’âge (même s’il y a eu des lifting). Chaque zone dispose de sa personnalité propre, de son histoire, de ses paysages majestueux. Je me suis d’ailleurs souvent arrêté pour observer les décors qui s’offraient à moi, tant ils sont réussis. Mention spéciale à la Crête de Givrefeu (zone de départ de la Horde), qui est l’une des zones les plus belles du jeu. Et puis Nagrand… il faut absolument que vous alliez à Nagrand au moins une fois dans votre vie.

Oh mon châteauuuuuuuuuuuhoohoohoooooo

Regarder les décors, c’est bien beau, mais il y a une guerre à mener ! Pour mener à bien votre mission, vous disposerez d’un fief, d’une forteresse personnelle. Après un premier essai timide à MoP (la ferme de Micolline), Blizzard se lance enfin dans le housing. Les fiefs vous sont donc personnels. C’est vous le patron. Dans les faits, votre château vous servira à faire beaucoup, beaucoup de choses. Tout d’abord, à vous donner des composants pour vos métiers. Suivant les bâtiments que vous avez décidé de construire, vous pouvez lancer des commandes de couture ou lancer la production d’armures à la forge, par exemple. D’autres bâtiments, moins utiles ceux là, vous serviront à disposer de quelques avantages en jeu, comme des quêtes de donjons supplémentaires ou des montures bonus.

Autre point important des fiefs : les missions. A la manière d’un Assassin’s Creed, vous récupérerez des compagnons au fil de vos aventures. Ensuite, il sera possible de les envoyer en mission à droite, à gauche, afin de récupérer des ressources, de l’or, ou d’autres petites joyeusetés. Les fiefs sont une vraie réussite (quand on arrive à s’y connecter). Un housing avec une réelle utilité et qui plus est, se montre parfaitement intégré à la trame principale. Seul regret, le manque de personnalisation. N’étant pas fan de l’architecture orque, je suis obligé de vivre dans un mini-Orgrimmar en Draenor. J’espère sincèrement que Blizzard nous donnera la possibilité de personnaliser un peu plus ces fiefs dans l’avenir.

Les instances sont également très réussies. A la manière des quêtes, Blizzard nous sert une réelle aventure à chaque nouveau donjon. Boss intéressants, difficulté au rendez-vous (pour le moment),design aux petits oignons… Les nouveaux donjons sont réussis, sans pour autant bousculer la tradition. On regrette juste un peu les donjons labyrinthiques de WoW Vanilla, qui sont définitivement passés à la trappe, mais c’est sans doute le nostalgique qui parle.

10 ans et toutes ses dents

Warlords of Draenor est beau, Warlords of Draenor est jouissif, Warlords of Draenor est très bon. Après 10 ans d’existence, Blizzard nous montre encore une fois que c’est bien lui le patron dans l’univers des MMORPG. Laissant la concurrence loin derrière, WoD est pour l’instant un petit bijou qui ne demande qu’à s’enrichir au fil des patch. Un must have, aussi bien pour les abonnés, pour les anciens joueurs sur le retour que pour les béotiens du MMORPG.

MERCI BLIZZARD !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article